Jean Merret

Jean Merret, le concepteur

Jean Merret est passionné de botanique. Cette passion lui vient d'une rencontre avec le créateur du conservatoire national botanique de Brest. M. Le Soueff invita Jean Merret, skipper à cette époque, d'aller rechercher les graines d'un palmier à Tahiti. Ce fut le premier de ses nombreux voyages et expéditions botaniques.

En 1988, il est nommé directeur de la maison de retraite de Huelgoat, située dans le centre Finistère. Dans l'enceinte hospitalière, il met en place un concept original de jardin thérapeutique à vocation botanique. Ce jardin de l'Argoat présente 1500 espèces d'arbres, d'arbustes de collection permettant aux personnes âgées et aux familles de disposer d'un espace de détente.

Un arboretum fut créé avec l'aide des résidents, sur l'ancienne ferme de la maison de retraite. Cet espace de 20 hectares propose une visite riche en botanique, 3600 taxons ont été établis.

Parallèlement, à la création de cet arboretum, M. Jean Merret assure la plantation de sa propre collection à Henvic.

Ces deux collections sont uniques en France car elles présentent des espèces issues de graines récoltées in situ essentiellement dans la chaîne himalayenne et andine. Ce sont environ 40 espèces qui sont introduites par an depuis une vingtaine d'années. Certaines plantes ne sont pas encore décrites par les botanistes.

J Merret et Jean Pierre Demoly (le botaniste qui a décrit le bambou: Drepanostachyum merretii)

Biographie de Jean Merret

Bien que les parties professionnelles et de loisirs soient étroitement liées, il parait souhaitable, pour la clarté de la présentation de la présenter en deux parties, la première loisirs, la seconde professionnelle.

Après avoir consacré trente ans aux activités de loisirs sub-aquatiques et maritimes, il découvre la jeune existence du conservatoire national botanique de Brest et plus particulièrement l’action de son conservateur Jean Yves Le Soueff. Ce dernier lui demande son concours pour chercher et apporter les graines d’un palmier endémique d’une île de l’archipel des Marquises, lors de sa dernière aventure maritime dans les îles de l’archipel de la Société. Ce fut le début de l’aventure botanique.

En 1994, il troque son sac de marin contre un sac de montagnard et organise sa première expédition botanique dans l’Himalaya.

Depuis cette époque, année après années, au rythme de deux voyages ou expéditions par an, il part à la rencontre des minorités dans leur environnement botanique. L’Himalaya sera ses rendez vous d’automne, tandis que le printemps sera réservé à la Patagonie chilienne ou argentine.

Ses activités de loisirs s’inscrivent dans ses deux carrières professionnelles. La première dans l’aéronautique militaire sera suivie d’une seconde dans l’action sanitaire et médico-sociale en qualité de directeur d’hôpital et de maison de retraite publique. Lors de ces affectations successives, il prend la mesure de l’isolement moral des personnes âgées vivant en institution d’hébergement.

Le 1er avril 1988, affecté à la direction de l’hospice Mont Leroux de Huelgoat dans le Finistère, il engage son action d’ouverture sur l’extérieur dans trois directions : architecture, formation et transformation des espaces verts.

Le concept architectural retenu, permet l’exercice d’une véritable vie sociale des personnes âgées assistées des personnels bénéficiant, outre la formation sanitaire d’aide soignant celle d’aide médico-psychologique, indispensable pour la prise en charge globale des personnes âgées.

Le projet individuel de vie est mis en place grâce aux nombreux ateliers, notamment celui des jardins à but thérapeutique.

En l’an 2000, il complète l’éventail des structures occupationelles avec la création d’une résidence service domotisée dans laquelle les équipements sont totalement asservis à l’occupant à mobilité réduite ne nécessitant, aucunement, la disponibilité permanente du personnel de service.

En 2005, il est rayé des cadres hospitaliers par limite d’âge et se consacre aux expéditions botaniques, tout en entretenant un arboretum privé de 2800 espèces botaniques.

La remise du prix Edouard D'adweed

En présence de Brigitte Fourrier, Arielle de Kergolay, Franklin Picard, Jean Pierre Demoly, Raymond Grall, 130 convives se sont réunis dans l’Arboretum de Keracoual Bras à Henvic dans le Finistère pour assister à la remise du Prix Edouard d’Adweed.

Cette distinction est attribué à Jean Merret, « ce chasseur de plantes » à introduit environ 400 espèces peu courantes voire rares dans nos collections nationales. Des ces introductions certaines espèces ne sont pas encore décrites par les botanistes. Une espèce de bambou népalais ramené par ses soins, vient de lui être dédié et se nomme Drepanostachyum merretii.Les graines des végétaux nouvellement introduits, ont été ramené de treks principalement effectués dans l’Himalaya ou dans les Andes.


Brigitte Fourrier qualifie Jean Merret de très grand collectionneur, toujours en quête de nouvelles plantes et est également l’initiateur de deux arboreta et d’un jardin botanique présentant des grandes collections éclectiques.

Outre, son arboretum privé de 2800 taxons situé en bordure de rivière à marrée dans le Nord Finistère, il est l’instigateur du Jardin de l’Argoat et de l’Arboretum du Poërop à Huelgoat (Centre Finistère). Ces deux derniers furent créés durant son activité professionnelle de directeur de maison de retraite, ainsi, il a pu allier botanique avec ferme thérapeutique pour personnes âgées.

Jean Merret reprend son sac de trekkeur en automne 2007 pour un voyage en Chine, pour découvrir de nouvelles espèces végétales mais également pour rencontrer une des dernière ethnie de pygmées d’Asie.

jm_004_5_400.jpg

J Merret et Jean Pierre Demoly près du bambou (le botaniste qui a décrit le bambou: Drepanostachyum merretii)

jm_004_6_400.jpg

jm_004_7_400.jpg

Discours avec des membres émérites de la botanique française: Franklin Picard (membre fondateur de Association des parcs botaniques français: A. P. B.F.), Raymond Grall, pépinièriste, auteur d'ouvrages , spécialiste national des rhododendrons